24/03/2007

 oOo..Last Farewell..oOo

652225030_small

 

Tu n'as pas moindre émotion,
Et je ressent en toi  l
l'oppression,
Qu'elle t'inflige.
Et je subit tes sourires.
J'étais l'alliée des illusions ;
Et chaque jour, un pas vers la dérision.

Enivrée par la tournure des paroles,
Que tu me susurrais , qu'elle poupée frivole,
Je me suis laissée mener,
Voluptueusement par le bout du nez ,
Comme un pantin suspendu à des cordes molles,
Obéit , marche , tourne et dégringole .

Doux parleur ,serpent , quel efficace venin,
Tu n'as pas eu à faire des pieds et des mains,
J'étais déjà sous ton aile,
Comblée par une amitié éphémère .
Que de retrouvailles hâtives ,nouveau départ serein,
Que d'espoirs plus naifs que vains .

L'amour et l'amitié n'ont pas de différence,
Pour toi , complice des cruelles souffrances ,
Tu as fait une erreur une fois,
Qui soit disant ne se reproduirait pas.
Nous voilà à présent dans l'ignorance,
La plus totale , la plus insolente .

Béguin d'un jour , ami et ennemi ,
Des fourbes tu gagnes le premier prix,
Troublée, par tes discours mensongers,
Aussi futiles qu'une grise fumée.
Et tu ne plaides pas coupable du mal que je subit .
Cette fois , tu ne trouveras pas un semblant d'alibi .


Il y a t-il sous cette muraille ,
Une seule crainte, une seule faille ?
Peux-tu tout effacer aussi facilement,
Comme une feuille balayée par le vent ?
Pourquoi des efforts ?A quoi servent les rancœurs ?
Je réclame une anesthésie du cœur ..

12:37 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.