19/02/2007

Sombre Rêveuse ...

d03f8432fdfaa8df

 

 

 

 

Assise sur le rebord en fer forgé,
De la fênetre grande ouverte,
Elle contemple les tracés rosés,
Qui estompent le ciel, en ce crépuscule d'hiver.

Les yeux pleins d'étoiles,
La tête dans les nuages,
Quelques larmes s'égarent,
Dans les creux de son visage.

Elle le savait ici,
Dans l'un de ces timents voisins,
Savourant la fête qui battait son plein,
Pendant qu'elle goûtait une amère mélancolie.

Vivant pour le suave de ses lèvres,
Elle se rendait sourde,
A ce que d'autres disaient,
Suffocant sous un fardeau bien trop lourd.

Elle aurait voulu fuguer,
Et dans un recoin du firmament se réfugier ;
Compter ainsi les étoiles,
Et s'assoupir au creux des nuages.

Elle se refusait à cette réalité,
Pour son rêve inexpliqué,
Elle gardait son amour ancré
Et de futiles espoirs de coté.

Frémissant au son de sa voix,
Frissonnant au contact de sa peau,
Une vague impression de paradis,
Plongée dans ces yeux aux reflets infinis.

Trop tourmentée par le destin,
Amoureuse à quelles fins ?
Mais le futur appartient,
A ceux qui croient, même en vain,
A la beauté de leurs rêves opalins.

 

 

 

162235321

 

13:12 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/02/2007

 Enfant d'une Bulle

236596104_small

 

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Ce matin , l ‘infirmière est passée,

Pour me donner mes innombrables comprimés.

Elle m’a dit qu’ils servent soit disant,

A booster mon corps et mon sang,

Et que bientôt je sortirai de cette bulle de plastique,

Pour vivre une vie normale et unique.

 

Mon existence se résume à cela,

Des piqûres, des pilules et des larmes si nombreuses,

Le long du visage d’une femme aux joues creuses.

Je ne connais ni l’amour , ni la joie,

Je suis un être , ou un ectoplasme ?

 

Ils disaient que je survivrai ,

Ils me disaient de garder les yeux ouverts ,

Ils me raccrochaient à rien , mais,

Etrangement , j’y croyais.

 

Même si autour de moi ,

La souffrance emplie les cœurs,

Même si je ne suis plus,

Qu’une poussière de plus.

A présent je ris et suis serein.

Que si avant je jouais avec des lumières blanches,

Maintenant , je joue avec les anges..

 

 

11:21 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/02/2007

*° Une vie °*

389802533[1]

 
*` )
.`.`) .)
(. `(.` . `: (`.*`¯`*--



Suivre un chemin de fer,
D
e jours en nuits,
Avancer et franchir les barrières,
A
insi est faite la vie
.

Vie de peine et de tristesse,
D'amour ou d'ivresse,
Vie aux chutes fatales,
Do
nt aimer est un mal.

Mal , un mal meurtrier,

Q
ui vous torture au plus profond,
De votre âme délaise
,
Q
ui seule dans les ténèbres se morfond..


Sans aucune possibilité d'avouer,
E
ntravé par cette pudeur enfantine,
Rester là et épier
,
R
ester et souffrir.


Une vie, une vie,
De
jours en nuits,
U
ne vie à aimer ,

Une vie à t'aimer.




(. `(.` . `: (`.*`¯`*--
.`.`) .)
*` )

21:12 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

11/02/2007

Contruire..

242_478e077a807f456af388fdfd89d249ae[1]

 

 

S’inventer un rempart imaginaire,

 

Un bouclier de pensées,

 

Pour ne jamais laisser pénétrer,

 

Ces paroles meurtrières..

12:20 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/02/2007

°Une Journée*

483bc346868e9e11

 

 

En cette douce soirée d’hiver ,

Ma plume abandonnée m’appelle,

A décrire les maux et faits de notre temps,

Nos saisons et les heures qui nous fuient impitoyablement .

 

L’aurore , de sa voluptueuse robe pourpre rosée,

Humidifie de multitudes de gouttes argentées,

Qui se prélassant sur les feuillages des vieilles ramures,

Donnent au paysage ses teintes aquarelles si pures.

 

Quand le soleil , à son zénith , de sa majestueuse beauté,

Vient , du bout de ses doux rayons , effleuré ,

Les méandres de ce lac , aux rivages fleurissants,

Le paysage se transforme , la réalité devient enchantement.

 

Vénus se reflète dans le firmament,

Lors du crépuscule tombant.

Dégradé d’une palettes de couleurs tendres,

Le soleil se couchant et des ombres qui s’étendent.

 

Morphée , prince de la nuit,

Vient bordé de milles songes les âmes endormies,

Une lignée d’étoiles s’enflamment ,

A la lisière d'un monde volage

 

etoile6

 

12:48 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |