16/09/2007

..

 

 

Copie de DSCF4956

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Cette période..période funeste et noire , s'achève.. S'est achevée dans un sourire , un mot échangé , une larme égarée.. Je t'ai rencontré , en france , à Orléans dans le froid de Mars, lors d'un échange entre Sicile et France . Tu etais là , timide comme un enfant à t'approcher de moi.. au départ je n'y vis rien.. mais l'amour me fit alors des tours..On se rapprochait au fur et à mesure que nos jours étaient comptés.. Tu repartis et je dus attendre Avril pour te revoir . Quelques temps nous separaire mais nous avons appris à nous connaître et à nous découvrir , conversation après conversation.. Et enfin en ce magique jour du 27 avril 2007 , aéroport de Catane , 18h , tu etais là , epiant notre arrivée , je ne tenais plus en place , impatiente de courir dans tes bras et de m'évaporer dans ton étreinte.. Premier baiser  sur une esplanade où resonnait un mélange de langues étrangères italien , français et surement d'autre.. Je passai une semaine perfaite en ta compagnie, découvrant les merveilles de ton pays , si chaleureux si ensoleillé , si magnifique.. J'aurai donné le monde pour rester là avec toi , mais je dus repartir , ce départ me déchirant le coeur , ce 6 mai , ou qu'un faible espoir de te revoir persistait . Mais cette force qui nous avons acquis avec la distance , Cette envie de bonheur nous a tenu ensemble et maintenant je sais plus que tout que tu es celui que je veux , que j'ai toujours attendu . Tu es ma vie . Ma vie ,min bonheur , ma passion , mes envies.. Je revis de ton regard , m'envole dans ton baiser et grandir dans ton amour . Je suis protégée , forte grace à toi . Aucun obstacle ne peux m'arreter .. Je t'ai TOI , tu es la première pensée le matin quand je me lève , le dernier désir que le nuit m'apporte , tu es la raison de chacun de mes mouvements, tu es l'histoire la plus incroyable que je connaisse.. Je t'aime , je t'aime du fond de mon être , je t'aime plus que tout ..

Mon passé est loin derrière je demarre une vie épanouit et rayonnante grace à TOI.

Merci à tous , pour vos commentaires , pour vos visites .. Ce blog est terminée.. Je m'envole vers d'autres horizons , le coeur plein de projets et d'ambition. A bientôt..

 

11:39 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/05/2007

Amore mio..

* PER SEMPRE*

 

 

Copie de CIMG2505

 

14:06 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

04/04/2007

(o) We are In Heavens (o)

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
 
 
 
 
185817387_small

 
Jusqu'à ce jour , cette heure , cet instant,
M
on être n'avait jamais connu une telle ataraxie
.
Me
s sens s'exaltent et s'évaporent ,
ici,
J
e m'embrase sous ton emprise instantaném
ent.

Parce que jamais je ne trouverai
,
me dans les plus vastes profondeur
s,
Un regard aux scintillements stellair
es,
Com
me celui que tu poses sur moi avec douc
eur.

C
ar tes bras sont mon seul Eden,

Où cha
que baiser que tu m'aurai donné a cette heure,
Ser
ait aussi sucré que la plus suave des liqueurs,
Puisque avec toi , tout est si irréel
.

Car ce
songe est enfantin , c'est un rêve vivant ,
Pe
ut être aussi éphémèr
e,
Q
ue l'écume dans les méandres de la mer
,
Mais
aussi ardent , que la lave du cœur d'un volcan
.

J
uste être là à tes cotés
,
Et se
ntir cette vague de chaleur à ton to
ucher.
Des palpitations électriques , des soupirs sourds
.
Lors
que tes lèvres effleurent mon cou .


Belle
fortune , hasard heureux,
D'a
voir fait de deux chemins ténébreux,
L
a même et l'unique route verdoyante,
Long
eant un rivage transparen
t.

La bas, un jour , demain , ici
,
Nous
sommes au paradis.

19:41 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/03/2007

 oOo..Last Farewell..oOo

652225030_small

 

Tu n'as pas moindre émotion,
Et je ressent en toi  l
l'oppression,
Qu'elle t'inflige.
Et je subit tes sourires.
J'étais l'alliée des illusions ;
Et chaque jour, un pas vers la dérision.

Enivrée par la tournure des paroles,
Que tu me susurrais , qu'elle poupée frivole,
Je me suis laissée mener,
Voluptueusement par le bout du nez ,
Comme un pantin suspendu à des cordes molles,
Obéit , marche , tourne et dégringole .

Doux parleur ,serpent , quel efficace venin,
Tu n'as pas eu à faire des pieds et des mains,
J'étais déjà sous ton aile,
Comblée par une amitié éphémère .
Que de retrouvailles hâtives ,nouveau départ serein,
Que d'espoirs plus naifs que vains .

L'amour et l'amitié n'ont pas de différence,
Pour toi , complice des cruelles souffrances ,
Tu as fait une erreur une fois,
Qui soit disant ne se reproduirait pas.
Nous voilà à présent dans l'ignorance,
La plus totale , la plus insolente .

Béguin d'un jour , ami et ennemi ,
Des fourbes tu gagnes le premier prix,
Troublée, par tes discours mensongers,
Aussi futiles qu'une grise fumée.
Et tu ne plaides pas coupable du mal que je subit .
Cette fois , tu ne trouveras pas un semblant d'alibi .


Il y a t-il sous cette muraille ,
Une seule crainte, une seule faille ?
Peux-tu tout effacer aussi facilement,
Comme une feuille balayée par le vent ?
Pourquoi des efforts ?A quoi servent les rancœurs ?
Je réclame une anesthésie du cœur ..

12:37 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/03/2007

Tout passe..

 

 

12a17475bd042059

 

 

Vivre comme un acteur sur la scène,
D'un grand opéra illuminé,
Débiter une longue tirade pré dictée,
Pour tirer sa révérence,
Lorsque que les rideaux se referment.

Vivre comme dans un tableau ,
Une nature morte , un portrait abstrait.
Etre un visage à l'unique expression,
Et repsenter une scène à jamais figée,
Sur une toile trop frêle .

Tout est fragile,
Le luth à la corde fébrile,
La vie aux humeurs impvisibles.

Tout est éphémère ,
Les vagues de la mer ,
Qui se déchirent sur les falaises.

Tout est éphémère,
Le fugace le du soleil,
Un papillon solitaire.

Rien est jamais pareil,
Un geste , un mouvement habituel,
Un regard qui smerveille.

Tout est éphémère ,
Une peine du cœur , amère,
Un chagrin d'amour éternel.

Vivre pour être acteur ,
D'un destin hasardeux,
Vivre dans un doute omnipsent,
Vivre un spectacle inachevé,
Mais ce spectacle doit continuer..

13:54 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/03/2007

The Show Must go On

316fe08e7d56cc63

 

 

 

Un long gouffre sillonne son cœur,
Une profonde abysse élancée,
Q
ui a pour unique extmi,
S
ouffrance , tristesse et peur.

La crainte d'un avenir chambou,
La phobie qu'une famille heureuse ,
Soitcomposée , malheureuse
,
A cause d'un malentendu grossier .


P
ar peur que cette éternelle faille,
Acve de détruire son âme fragile
,
Elle se cloître dans des murs hostiles
,
Avec l'espoir que cette douleur s'en aille.


L
e spectacle doit continuer ,
Le masque funèbre ainsi revêtu,
Elle affronte la réaliamère et crue,

Elle y croit et dévoile son sourire brisé.

De ce long mensonge trompeur ,
U
n sentiment de trahison apparut ,

Aurait-on jamais cru,
Q
ue l'on pouvait inventé un Bonheur ?

Un doute , un manque,
Une chose , qu'elle n'a pas vu,

Un fait inconnu,
Une coupure, une scène manquant
e.

P
as une seule aile protectrice,
Les larmes perlent ,ce ntait qu'un leurre
Et son cœur se meurt,
L
es anges méritent de mourir...

19:16 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/02/2007

Sombre Rêveuse ...

d03f8432fdfaa8df

 

 

 

 

Assise sur le rebord en fer forgé,
De la fênetre grande ouverte,
Elle contemple les tracés rosés,
Qui estompent le ciel, en ce crépuscule d'hiver.

Les yeux pleins d'étoiles,
La tête dans les nuages,
Quelques larmes s'égarent,
Dans les creux de son visage.

Elle le savait ici,
Dans l'un de ces timents voisins,
Savourant la fête qui battait son plein,
Pendant qu'elle goûtait une amère mélancolie.

Vivant pour le suave de ses lèvres,
Elle se rendait sourde,
A ce que d'autres disaient,
Suffocant sous un fardeau bien trop lourd.

Elle aurait voulu fuguer,
Et dans un recoin du firmament se réfugier ;
Compter ainsi les étoiles,
Et s'assoupir au creux des nuages.

Elle se refusait à cette réalité,
Pour son rêve inexpliqué,
Elle gardait son amour ancré
Et de futiles espoirs de coté.

Frémissant au son de sa voix,
Frissonnant au contact de sa peau,
Une vague impression de paradis,
Plongée dans ces yeux aux reflets infinis.

Trop tourmentée par le destin,
Amoureuse à quelles fins ?
Mais le futur appartient,
A ceux qui croient, même en vain,
A la beauté de leurs rêves opalins.

 

 

 

162235321

 

13:12 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/02/2007

 Enfant d'une Bulle

236596104_small

 

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Ce matin , l ‘infirmière est passée,

Pour me donner mes innombrables comprimés.

Elle m’a dit qu’ils servent soit disant,

A booster mon corps et mon sang,

Et que bientôt je sortirai de cette bulle de plastique,

Pour vivre une vie normale et unique.

 

Mon existence se résume à cela,

Des piqûres, des pilules et des larmes si nombreuses,

Le long du visage d’une femme aux joues creuses.

Je ne connais ni l’amour , ni la joie,

Je suis un être , ou un ectoplasme ?

 

Ils disaient que je survivrai ,

Ils me disaient de garder les yeux ouverts ,

Ils me raccrochaient à rien , mais,

Etrangement , j’y croyais.

 

Même si autour de moi ,

La souffrance emplie les cœurs,

Même si je ne suis plus,

Qu’une poussière de plus.

A présent je ris et suis serein.

Que si avant je jouais avec des lumières blanches,

Maintenant , je joue avec les anges..

 

 

11:21 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/02/2007

*° Une vie °*

389802533[1]

 
*` )
.`.`) .)
(. `(.` . `: (`.*`¯`*--



Suivre un chemin de fer,
D
e jours en nuits,
Avancer et franchir les barrières,
A
insi est faite la vie
.

Vie de peine et de tristesse,
D'amour ou d'ivresse,
Vie aux chutes fatales,
Do
nt aimer est un mal.

Mal , un mal meurtrier,

Q
ui vous torture au plus profond,
De votre âme délaise
,
Q
ui seule dans les ténèbres se morfond..


Sans aucune possibilité d'avouer,
E
ntravé par cette pudeur enfantine,
Rester là et épier
,
R
ester et souffrir.


Une vie, une vie,
De
jours en nuits,
U
ne vie à aimer ,

Une vie à t'aimer.




(. `(.` . `: (`.*`¯`*--
.`.`) .)
*` )

21:12 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

11/02/2007

Contruire..

242_478e077a807f456af388fdfd89d249ae[1]

 

 

S’inventer un rempart imaginaire,

 

Un bouclier de pensées,

 

Pour ne jamais laisser pénétrer,

 

Ces paroles meurtrières..

12:20 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/02/2007

°Une Journée*

483bc346868e9e11

 

 

En cette douce soirée d’hiver ,

Ma plume abandonnée m’appelle,

A décrire les maux et faits de notre temps,

Nos saisons et les heures qui nous fuient impitoyablement .

 

L’aurore , de sa voluptueuse robe pourpre rosée,

Humidifie de multitudes de gouttes argentées,

Qui se prélassant sur les feuillages des vieilles ramures,

Donnent au paysage ses teintes aquarelles si pures.

 

Quand le soleil , à son zénith , de sa majestueuse beauté,

Vient , du bout de ses doux rayons , effleuré ,

Les méandres de ce lac , aux rivages fleurissants,

Le paysage se transforme , la réalité devient enchantement.

 

Vénus se reflète dans le firmament,

Lors du crépuscule tombant.

Dégradé d’une palettes de couleurs tendres,

Le soleil se couchant et des ombres qui s’étendent.

 

Morphée , prince de la nuit,

Vient bordé de milles songes les âmes endormies,

Une lignée d’étoiles s’enflamment ,

A la lisière d'un monde volage

 

etoile6

 

12:48 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/01/2007

Shall We Dance?

229030707[1]

 

 

 

Boléro aux accents effrénés,
Sarabande de L'Espagne dorée,
Valses autrichiennes,
Salsas brésiliennes,
Gigues irlandaise,
Cancan des cabarets français.
Danseurs aux costumes pailletés,
Ballerines aux pieds légers.
Elancent les arabesques , virevoltent les pirouettes,
Du djembé , violons , harpes aux hymnes des trompettes,
Rythmes endiablés,
Regroupant pensées et nationalités,
Musique aux cris stridents,
Mélodies aux murmures émouvants,
D'un pas vers la danse,
Vers un monde de rigueur et de transe ,
Dans l'obscure du rideau ,
Dans la clarté des projecteurs et ses halos,
S'ouvre les portes d'un art,
Aussi imprévisible que le hasard..

 

223610941[1]

 

21:34 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/01/2007

Merci..

 

dyn006_original_141_104_pjpeg_17747_ef846641d2e18141bfb4876f8e986794[1]

 

Bonsoir à tous et à toutes,

Je ne vous remercierai jamais assez pour tous c’est si chaleureux et agréables messages que vous laissez au fil des jours, grâce à vous l’enthousiasme de continuer mon blog est de plus en plus important.

Je souhaiterai vous laisser une trace à mon tour , hélas , je ne peux , mon ordinateur à un problème je ne peux plus laisser de messages.

Je vous pris de m’excuser , et vous remercie encore une fois.

 

Amicalement votre,

 

*Sparkling~Angel*

 

 

dyn006_original_141_104_pjpeg_17747_ef846641d2e18141bfb4876f8e986794[1]

 

19:54 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

27/01/2007

 "A quelles Fins?"

332374425[1]

 

 

 

 

Aimer,

Pour des espoirs futiles ,

Pour des songes absurdes , fleurs fébriles,

Pour des peines plus vaines que douloureuses ,

Pour des illusions insolentes et orgueilleuses,

Pour une utopie irréalisable ,

Pour des torpeurs intarissables,

Pour de mélancoliques levés solaires,

Pour d’argentés scintillements stellaires ,

Pour des semblants de malheurs ,

Pour des macules de bonheur,

Pour des montagnes de larmes,

Pour jeter à bas les armes .

Pourquoi espérer ?

   

etoile5

 

 

 

21:19 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/01/2007

Dans l'intime..*

 

824_294e28c50eace515ce868b946b4727b4[1]

 

 

 

Tentations Erotiques,
Tentations Diaboliques.
Envie de te devorer des yeux mon ange,
Sentir ton corps vibrer au rythme de mes hanches,
Frissonner d'une sensibilité à fleur de peau,
Oublier nos peurs, nos phobies , nos maux.
Embrasser tes lèvres humides de désir
Et succomber sous l'emprise du plaisir.
Exploser nos sens à la nuit tombante,
Unir nos deux âmes brûlantes.
Te serrer , te serrer à en gémir,
Et t'aimer , t'aimer à en mourir.
Et entendre tes mots d'amour résonnant,
Comme un rire d'enfant ricochant ,
Sur les collines qui sillonnent mes pensées.
A en crever , a en défier mille de leurs glaives ,
Pour ta peau de velours sur la mienne.
Sentir en moi ce tourbillon de sensations,
Cambrer mes hanches , m'évaporer sous to emprise .
Dans le feu de l'étreinte ,dans le feu de l'action,
A l'anarchie des sens ,faire de toi ma catharsis.
De nos cœurs qui s'emballent à l'unisson ,
Ne faire plus qu'un au summum de la passion.
Tentations Erotiques,
Tentations Diaboliques..

 

 

etoile4

 

21:57 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

03/01/2007

~*Commencement*~

247408110_small

 
 
 
De tous les chefs d'œuvre existants ,
La nature en est la mère assument.


Du chaos jaillit la lumre ,
D
u néant la vie prit son envol éternel .
U
ne puissance divine envoya ,
A travers les cieux , quatre délicats
,
Petits crubins aux ailes res
.

Le premier , ange de la Terre ,
D
'une voix profonde , énonça ceci :
« Ô roc , montagnes et pics , ici
S
e dessinent pour donner relief à cette terre larmoyante,
Des falaises écorchées et des vallées verdoyantes,

D
es plaines à perte de vue , des formes ambigs ,
Adoreront le banal qui stait jusqu'à maintenant étendu.
»

L
e second chérubin , ange aquatique ,
D
'une voix cristalline , dit en un soupir :
« O mer aux reflets bleuâtres , belle trompeuse
,
Par ces temtes et vagues envahisseuses .

Q
ue coulent les ruisseaux , que jaillissent les sources des montagnes,
Des lacs aux glaciers , Eau limpide et diaphane
,
Du lit de la rivière aux océans majestueux , abreuve cette terre »


Se prélassant sur un cumulus , d'une voix claire,
Le troisme chérubin , l'ange de l'Air,
Prit la parole et déclara :
«
O res brises , aquilon nordique , blizzard et frimas ,
Dansez sur les coteaux fleurissants des paysages
.
Vrille et glisse, souffle exotique et inégal,

Sur les chevelures des ramures , embrume les astres , maligne force ,
Dans sa folle course , d'une vitesse infinie , qu'ainsi elle se distord . »

Enfin éblouissant , le quatrme chérubin , ange du Feu ,
clara d'une voix impatiente et malicieuse
:
« O volcans , destructeurs et impitoyables titans ,

Eclairent les nèbres de la vie depuis la nuit des temps .
O
feu ! Atre dans lequel s'embrasse vie et lumière ,
Maître dans les entrailles de la terre ,
Lumière qui guide et protège , dans le firmament enflamme les étoile


Ainsi la Terre était a son apogée,
Ce conte est terminé,
M
ais sa suite, à vous de l'imaginer..

15:01 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

31/12/2006

~Nouvel An ~

 

 

 

nightmacc

 

 

 

*2007*

 

 nouvel année, nouveau départ,

 

Un pas de plus vers notre déchéance...

 

 

Bonne année à tous ..

 

Merci pour vos commentaires

 

En espérant l'apaissement de vos maux et problèmes ,

Je vous fait part de tous mes voeux de bonheur..

 

A bientôt

 

 

*2006* déjà loin dérrière...

 

 

etoile9

 

 

 

16:51 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

30/12/2006

Etreintes

231967064

 

 

 

..

Juste se taire et sâvourer :

La douceur de sa peau ,

Le suave de ses baisers,

La volupté de ses étreintes,

Mais l'âcre de son souvenir...

21:21 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

25/12/2006

Sommeil

Copie de e0f294ed1c3a0ecf
 
 
 

Petit enfant s'assoupi,
Il sent sur ses lourdes paupières,
Un bien irrésistible envie.
Un pays imaginaire,
Se dessine dejà dans ses jolies prunelles,
Et le chant des sirènes,
Vient se faire douce berceuse au creux de son oreille.
De cette légère brise naissante,
En effleurant la peau si délicate de l'enfant,
Engendra un frisson d'aventures prochaines,
Un vague de chaleur ruisselant dans ses veines.
Et pourquoi on ne peut attraper les étoiles?
Et pourquoi sauter de nuages en nuages serait un mal?
Flip , flap , flop ,et si une goutte de pluie
N'etait qu'une simple pensée?
Il y aurait alors beaucoup de mot et d'idées
Pouvant aliser tellement d'envies.
Petite fée , posé sur le bout du nez,
De notre petit garçon,
D'un battement d'aille,laissa tomber ,
Un tourbillon de paillettes qui selon la tradition;
Chez les fées, plongea l'enfant dans un sommeil profond,
Et il rêve , déjà voguant sur les écume éphémères,
Bercé au sein de la mer,
En profitant des derniers rayons des douze soleils,
De cette île au merveilles,
Pour chevaucher des chevaux dont les ailles,
Sont dotées de plumes si blanches et si étincelantes,
Que même les rayons de la lune vous semblerait bien pâle..
C'est quand le manteau lourd et soyeux de la nuit tombante,
Vient recouvrir les forêts fleurissantes,

Qu'il va rendre visite aux nymphes et aux dryades ,
Qui ,avant que de son doux sommeil il s'eveille,
Vont l'enivrer et le couvrir de fleurs et de lumière.
Et c'est ainsi que le rêve s'achève,
Allonger dans le vert tendre de l'herbe printanière,
Et qu'il doit faire ses adieux
A un monde qui redécouvrira lors d'un rêve dans un jour ou deux..

 

 

fleur4[1]

 

18:31 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/12/2006

 

022_2d9afc30f2664765f819311e8c024be1[1]

 

 

 


___________________________________________________
[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__



Un voile soyeux sépare son coeur du tien,
Une distance illimitée,
Un vide impossible à combler.
Elle était là à t'attendre,
Impatiente de désirs incompris,
Elle te voyait si parfait de ses pauvres yeux,
Un corps sculpté par les mains d'un dieu,
Un chef d'oeuvre ,une merveille adamantine.
Elle est làs de t'attendre,
Toi, qui à elle jamais ne viendra,
Elle ère , prisonnière de ton âcre souvenir,
Sous les arbres qui déprissent,
Elle t'attend noyant sa mélancolie,
Entre deux vers de l'amère absinthe.
Détruite , elle laisse l'abominable jalousie
S'abreuver du sang que son coeur suinte .
Elle reste dans ce sinistre chaos,
A épier de ses yeux aveugles,la lune là haut,
Elle t'attend , elle t'attend avec peine,
Un signe , un halo de lumière...



___________________________________________________
[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__[~]__[*]__
 
 
 



21:47 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/11/2006

Fantômes

934_8f76a43ccd75b4d8491af785af7531da[1]

 

 

 

Je suis dévorée par les maux du temps,

L
assée de cette banalité insolent
e .

Aban
donnée par ma Muse .

J
re , laissant passer,

Les
brises, la douceur d'un fugace matin.

E
n prenant en compte les joyaux de la vie,


Ma
is ne savourant pas leurs goûts.

Je
laisse écouler les heures,

En
m'enfermant dans ce noir clapier,

Aux barreaux glacials, des larmes
;

C
oulaient autrefois sur mon pâle visage ,

In
sensible aux émotions que je cache dorénavant .

Faire passer à travers mes lignes ,


Ce que je ressent , ne m'ai d'aucune utilité.

Quel est le but de cette existence ?

Pourquoi ces fragments de souvenir dans ma tête ?

S
uis-je le jouet de la fortune ?

Ou
simplement ce livide et diaphane fantôme ,

Qu
i va , ça et là , fantôme à l'avenir précaire,

F
anme auur de pierre.

R
ose fanée avant le printemps,

Lendemain sans l'aurore,

C
haos , néant à la bouche béante,

Halo de lumière , si vulnérable soit-elle...

21:27 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/11/2006

~Serre-moi~

 

 

Pink_and_Blue_III_by_Callu

 

 

____________________________________
____________________________________

 

 

 

SERRE-MOI  ENCORE  SERRE-MO

 JUSQU'A ETOUFFER  DE  TOI...

 

 

____________________________________
____________________________________

21:39 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/10/2006

oOo~ Love again~oOo

6.05

 

 

 

Mélancolie, douce mais cruelle amie,
Vient me tenir compagnie
Dans mes longues insomnies.
Folie ,vient m'aider à assoupir,
Cet amour douloureux et impossible,
Et ,d'epines de roses ,écorches mes lèvres,
Car jamais je ne goûterai la douceur des siennes.
Jalousie ,au regard sombre, je succombe,
Elle qui l'a auprès de son coeur, l'envier et la haïr,
En restant aussi impassible qu'une blanche tombe,
Et souffrir,en épiant le moindre de ses mouvement,si futiles soient-ils.
Amour, amour,aux joues rougies de passion,
Prend ma main et me noie dans les fantasmes et illusions,
Amour, cette emprise que tu exiges sur mon coeur qui balance
Accroie mon désir,et plus amoureuse encore je suis de cet ange.
Pourquoi partir, si l'on revient après un détour?
Pourquoi pleurer , si l'on vous console que par le doûte?
Pourquoi aimer , si l'on ne peut l'être en retour..

21:50 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/07/2006

~ ~ A l'anarchie des maux ~ ~

 

 

 

 

 

Eclair dans la nuit;

Déchire le ciel en un cri.

Ire de douleur et de terreur,

Rend un être si faible devant cette fureur.

Désorde dans le cosmos,

Des pensées abstraites et des maux;

Mon âme qui s'écorche et qui s'abîme,

Quabd l'orage atteind les cîmes.

Désarmée , nue et vulnerable,

Sous ce deluge de sentiments en bataille.

La confiance , l'amour  et la passion,

Au beau fixe au pays des illusions.

Le vice , la jalousie , le mensonge;

Esclaves et bouffons des pensées de l'ombre.

Sans savoir quoi penser,

Sans savoir par où commencer.

Que faire quand le coeur ne sait choisir,

Un dilemme si difficile.

Des pensées abstraites et des maux;

Idées éphémères : coeur en morceaux..

23:31 Écrit par *M dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

04/07/2006

[~ Automate ~]

 

 

_________________________________________

 

Jouet de scène, décor translucide,
Automate de l'amitié , pantin des sentiments.
Mentir à une poue naïve
Est sans aucun doute un jeu d'enfant,
Tiré les bons fils de mes membres désarticulés
Et menez moi par le bout du nez.
Réalisez vous désirs
Par interdiaire d'un soupir,
Je ferais certes n'importe quoi
Pour garder ce lien entre vous et moi
Mais le destin en décida autrement,
Etant donné que vous me trahissiez ouvertement.
Moi, Petit pantin de scène,
A petits pas je me rebelle,
Et mais fin à cette entrave
Qui peu à peu s'accapare
Ma liberté , mes gestes, ma pensée
Me faisant sombrer et maintenant révol